Apprendre à son chat à faire ses besoins dans une litière est essentiel. Même si le félin peut sortir à l’extérieur, cet apprentissage peut s’avérer bien pratique. Et, bien qu’il soit généralement naturel, cet acte n’est pas forcément des plus simples… voici pourquoi.

Faire ses besoins dans une litière est généralement inné chez le chat. Toutefois, lorsqu’on adopte un chaton qui n’en a pas encore l’habitude, il faut lui apprendre à l’utiliser en l’incitant à s’y rendre, à des moments stratégiques : par exemple, au lever, après chaque sieste, ou encore après chaque repas, on le place directement dans la litière, on l’y laisse tranquille, et on le félicite quand il réussit. Progressivement, le chat va comprendre quel est l’endroit où faire ses besoins.

Quel bac et quelle litière choisir pour son chat ?

Mais encore faut-il que cet endroit lui convienne ! Et c’est là tout l’enjeu. En effet, explique le Dr Stéphane Tardif, docteur vétérinaire comportementaliste, « le chat peut être très difficile avec la litière. Concrètement, il prend sur son espace de vie une ou plusieurs aires d’élimination, qui correspondent à des critères précis, mais parfois très différents d’un chat à l’autre : l’endroit doit plutôt être isolé, et calme, il doit y avoir de quoi gratter et recouvrir ses besoins, ou alors la surface doit être absorbante. Certains chats se contentent d’une zone pour tous les besoins, d’autres les divisent, certains refusent même d’utiliser une litière déjà sale… »

Le premier choix à faire sera donc le type de granulés. On reconnait d’abord les litières absorbantes, qui ont l’immense avantage de faire des blocs avec les excréments, ce qui permet de les retirer immédiatement et de maintenir la litière propre. Pour les litières non absorbantes, il faut les changer plus régulièrement ; il existe par ailleurs des systèmes de sacs plastiques qui couvrent le fond de la litière et permettent de la changer facilement et rapidement. Les granulés biodégradables sont intéressants aussi, car le volume d’argile utilisé dans les litières génère beaucoup de déchets, c’est donc un geste écologique. Mais il faut au préalable vérifier que le chat tolère l’odeur.

Les additifs visant à réduire les odeurs urinaires ne suffisent souvent pas : ils masquent l’odeur au nez du maître, mais le chat a un flair bien plus sensible. Si la litière sent, c’est qu’elle est sale, et il faut donc la changer.

Quant au bac à litière, son choix dépend aussi des goûts du chat : certains refusent un endroit qui enferme les odeurs, alors que d’autres ont, au contraire, besoin de faire leur commission à l’abri des regards. En cela, la maison de toilette Curver est idéale puisque, grâce à sa forme fermée et à sa porte battante amovible, elle permet au chat de faire ses besoins dans un lieu où il se sente en sécurité. Pratique grâce à son système de tiroir, elle est facile à nettoyer, ce qui est aussi agréable pour le chat que pour le maître ! Enfin, sachez qu’un bac de forme fermée permet d’éviter que la litière se retrouve par terre, ce qui est un détail non négligeable pour ne pas passer son temps à aspirer ou balayer !

Enfin, précise le Dr Tardif, « il faut nécessairement avoir un bac à litière au moins 1,5 fois plus grand que le chat, et il est recommandé d’avoir un bac à litière de plus que le nombre de chats dans la maison ». Par exemple, si vous avez deux chats, il est fortement conseillé d’avoir trois bacs à litière répartis dans différentes zones de la maison.

Vous l’aurez compris, on ne plaisante pas avec les toilettes des chats ! D’où l’importance de bien choisir sa litière ainsi que son bac, faute de quoi on risque de se retrouver avec des pipis dispersés un peu partout dans la maison…