Papier, plastique, métal, verre… bon pour la planète, le tri sélectif des déchets ménagers fait désormais partie de nos réflexes quotidiens. Comment savoir si un emballage est recyclable ? Comment trier efficacement ? Focus sur des solutions malignes, à la fois hygiéniques et fonctionnelles.

 

Recycler, c’est bien !

Le saviez-vous ? 27 bouteilles d’eau en plastique peuvent devenir un pull en laine polaire. 670 canettes de soda suffisent pour fabriquer un vélo. Le recyclage des déchets ménagers ne présente que des avantages :

  • Il permet de préserver des ressources devenues rares, comme l’aluminium ou le pétrole, indispensable pour fabriquer du plastique.
  • Il est toujours synonyme d’économies d’énergie. Refondre une canette consomme quatre fois moins que de la produire.
  • Il réduit sensiblement les émissions de gaz à effet de serre. A l’échelle d’un pays, l’économie annuelle dépasse la pollution causée par un million de voitures !

 

Bien trier, c’est pas si compliqué

Un seul déchet placé dans un conteneur inapproprié perturbe la totalité d’une chaîne de tri, nécessite un réacheminement vers une filière adéquate, pour un coût de transport doublé. Alors, mieux vaut adopter les bons gestes…

 

  • Le déchet le plus facile à recycler reste celui que l’on ne produit pas. Dès l’achat, limitez le suremballage, privilégiez les ventes en vrac et l’eau du robinet.
  • Tout ce qui paraît recyclable ne l’est pas forcément. C’est par exemple le cas de la vaisselle en verre et, sauf instruction contraire de la part de votre commune, des pots de yaourts et autres barquettes en plastique, dont la quantité de matière première est jugée insuffisante.
  • Film plastique entourant les packs d’eau, bouteilles d’huile… d’une ville à l’autre, les solutions de recyclage varient et peuvent donner lieu à des consignes de tri différentes. Respectez toujours les indications fournies par votre commune.
  • Une boîte de conserve mal vidée ne contaminera pas seulement votre poubelle, mais aussi la chaîne de tri. Eliminez les résidus alimentaires des contenants et évitez d’envoyer au recyclage les cartons à pizza, presque toujours souillés.
  • Les déchets recyclables faisant l’objet d’un tri mécanique, séparez toujours les matières. Pour vous y aider, nous avons imaginé la « duo bin » de Curver, une poubelle dotée de deux bacs intérieur. Elle est fournie avec quatre clips de couleur pour faciliter votre tri quotidien : vert pour le plastique, rouge pour le métal, bleu pour le papier ou encore jaune pour les déchets compostables… pratique non ?
  • Les emballages sont hélas souvent aussi volumineux vides que pleins. Efforcez-vous de les réduire au maximum : pliez les cartons, compactez les canettes de soda et aplatissez les bouteilles de préférence dans le sens de la longueur.
  • Evitez de regrouper les déchets recyclables dans des sacs en plastique, car ceux-ci ne seront jamais vidés et l’ensemble de leur contenu finira incinéré. Dédiez une poubelle à vos emballages : la « slim bin » de Curver, particulièrement étroite, a été conçue pour pouvoir se glisser partout, même dans de tout petits espaces. Voys pouvez aussi en aligner plusieurs pour optimiser votre tri dès la cuisine !
  • Piles, cartouches d’encre, ampoules électriques : certains consommables, très nuisibles à l’environnement, ne sont pas sans danger pour la santé humaine. Entreposez-les dans des boîtes fermant hermétiquement et amenez-les régulièrement au point vert le plus proche.

Comment savoir si un emballage est recyclable ?

Les matières potentiellement valorisables sont signalées par la bouche de Moebius (un triangle composé de trois flèches). La même icône contenant un pourcentage signale la proportion de matières recyclées utilisée pour leur fabrication.

Le symbole « triman » (une silhouette assortie de trois flèches) indique qu’un emballage est éligible à la collecte et doit donc être trié. Il est devenu obligatoire sur toutes les matières sauf le verre depuis début 2015.

Enfin, le symbole « éco-emballage » (deux flèches entrecroisées dans un cercle) indique que l’entreprise fabricante contribue financièrement à un système de retraitement.